Avalanche vs Wipeout: Quand mère nature te met un stop

ski-surf-3

Le vendredi après la pause déjeuner, c’est toujours la même histoire: tes collègues se lancent dans leurs sempiternelles joutes verbales afin de savoir qui passera le week-end le moins pourris.

« Avec Véro on part en Dordogne, faire du poney de Shetland!!! »                     

« Le ptit à une compète de judo , on va en profiter pour passer voir ma belle mère« 

« Marc m’emmène à Roubaix à un rassemblement automobile« 

Poliment, tu hoches la têtes régulièrement face au invectives de tes partenaires de taf, distribuant au hasard des « ah ouai!? ah bah super alors! » ou alors le traditionnel « t’as de la chance, profite »

Toi bizarrement tu restes plutôt évasif sur tes projets et tu profites du brouhaha ambiant pour peaufiner tes derniers préparatifs. Tu réactualises frénétiquement le site de météofrance. La pression monte doucement, qu’il y’ait de la peuf ou du swell(houle), ton week-end sera engagé, et tu ne seras peut être plus là lundi pour en parler.

Les free-surfeurs et les free-skieurs le savent depuis toujours: parfois, sans prévenir, mère nature te met un stop et ça peut faire très mal!

7d4f215b580c868e9366b970a32c8f6aCHUTE, BOITE, GAMELLE… WIPEOUT!!!

Les amateurs de la chaine Gully sont au courant depuis belle lurette grâce à l’émission éponyme, un « wipeout » en anglais est un mot un peu fourre tout que l’on utilise lorsque quelqu’un se casse la figure.

Les surfeurs ont depuis longtemps popularisé ce terme, un wipeout est devenue « une chute dans l’impact de la vague », lorsque la lèvre(sommet de la vague) s’abat. Pour simplifier un wipeout c’est « une chute au plus mauvais moment ».

Ce sera certainement plus claire en image sur le spot de Teahupoo avec Raimana VanBastolaer, la légende du surf Thaitien :

Derrière l’écran de son ordinateur, on a souvent tendance à se dire que ça va, après tout c’est « juste » de l’eau!Une bonne tasse, un mojito et hop, c’est repartie…

Dans la réalité un wipeout ressemble plus à un séjour prolongé dans une machine à laver, haute comme un immeuble de 4 étages et dont les parois du tambour aurait été recouverte de coraux tranchants et de roches affûtées. Bref le genre de trip dont on se passerait et qui renvoie les grands requins blancs au rang de « gentils poissons ». Certains surfeurs, paix à leurs âmes ne sont jamais remontés à la surface après ce genre de chute.

Chaque année la fédération international de surf (WSL) publie un recueil des plus gros wipeout de la saison et remet un prix au surfeur qui a prit la plus méchante boite. Voici les nominés pour l’award du Wipeout of the Year 2015:

 

Loin des vagues de récif du pacifique et des beach-breaks Landais, prenons un peu d’altitude et partons en quête de poudreuse pour ce qui serai l’alter ego montagnard des déferlantes marines…

 

AVALANCHES: DU PARADIS AU PARADIS, SUIVEZ LA LIGNE BLANCHE

De décembre à avril, année après année, l’actualité est marqué de manière quasi hebdomadaire par ce que la nature peux créer de plus extrême et dévastateur, les avalanches…

Bien assis dans son canapé, le téléspectateur bien pensant du JT de JPP, profitera du fait-divers pour  jeter l’opprobre sans distinction sur ces « casse-cous imbéciles qui l’ont bien cherché ». La montagne est belle pour les skieurs du dimanche qui s’entassent par millier dans les cabines clinquantes de « la compagnie des alpes » (le Disney des stations de skis) pour aller dévaler  aux heures de pointes les grands boulevards de nos périphs alpins.

"tu reprendras bien une ptite Chartreuse bernard?"

« c’est goûtu, ça a du retour »

Pour ceux qui savent l’aimer et la craindre tout autant, la montagne est une maîtresse envoûtante, exaltante, enivrante, une amante cruelle qui donne et qui reprend; Une veuve noir dans un écrin d’ivoire…

freeride-laparva-chili

« 30 cm de neige fraîche, 1500 mètre de dénivelé, un soleil levant sur une mer de nuage et l’air des cimes, piquant, qui nous amène éparse le piaulement des choucas. A l’horizon personne; un territoire vierge, un nouveau monde perdu, une feuille blanche à peindre à grand coup de spatule. Les courbes s’enfilent en chaines suspendus à un fil, entre ciel et vide, allégorie divine. Planté du bâton, flexions et extensions s’envolent par passion d’une autre dimension… »

0131

Bien qu’il existe plusieurs types d’avalanches, la définition est toujours la même: « Une avalanche est un phénomène physique aléatoire, produit par une rupture d’équilibre dans le manteau neigeux sur une pente ». La suite? De la physique bête et méchante, la gravité opère en entraînant la masse de neige vers le bas de la pente.

Voilà pour la version courte, si tu souhaites en savoir plus sur le sujet, tu peux embarquer avec >>>Marcel<<< #nostalgie

 

Avec la démocratisation récente des « action-cams » et l’expansion rapide des sports extrêmes, le web regorge de plus en plus de vidéo de rider qui ont eu très chaud, et ça fait froid dans le dos…

Exemple en image avec Julien Lopez et Xavier De Le Rue.

 

 

Sensationnels, risqués, transcendants, spectaculaires, parfois dramatiques, les sports extrêmes ne sont pas forcement l’apanage d’une bande de tête brulée aux vêtements colorés, dopés au RedBull et au cannabinoïdes.

Conscient du danger, équipés et éduqués afin de réduire le risque sans jamais le faire disparaitre, pros et amateur se confrontent à chacune de leurs sessions au aléas de mère nature. Équilibristes averties, les riders de tout horizons valsent sans compromis sur le fil de leur passion. Dilemme Kafkaïen ou quand ce qui t’anime pourrait causer ta perte.

Pour conclure sur une note un peu plus legère, on vous offre la bande annonce du film qui fait trembler d’effroi les surfeurs comme les skieurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *