Duvivier, le boudé

Julien-DUVIVIER_reference

Julien Duvivier : ce nom ne vous dit peut-être rien. Et pourtant, c’était un réalisateur génial, l’un des plus prolifiques du cinéma français. Un génie souvent oublié, mal aimé, méprisé par la critique.

Jean Renoir était fan : « Si j’étais architecte et devais construire un monument du cinéma, je placerais une statue de Duvivier au-dessus de l’entrée. Ce grand technicien, ce rigoriste, était un poète. »

Là vous commencez à vous creuser la tête en vous disant :  » Merde, je dois bien connaître un de ses films ». Évidemment, détendez-vous. Duvivier c’est plus de 70 films à son actif. Alors certes, son oeuvre est parfois inégale. Certes, il a réalisé Don Camillo et Fernandel a arrêté de vous faire marrer il y a bien longtemps. Mais Duvivier a laissé une collection immense de films superbes. Panique, Sous le ciel de Paris, Pépé le Moko, Un carnet de Bal, La Bandera, Au Bonheur des Dames, Untel père et fils, etc. La liste est longue. Le choix est dur. Alors Bignoze vous montre la voie :

LES IMMANQUABLES BIGNOZE DE DUVIVIER

La Fin du Jour (1939) : rien qu’à écrire le titre, on frissonne. Plongez dans une maison de retraite de comédiens. Une histoire époustouflante. Des acteurs d’une justesse parfaite. Sans doute son plus grand chef d’œuvre.

Poil de Carotte (1932) : l’adaptation la plus poignante du roman de Jules Renard.

La Charrette fantôme (1940) , fantastique et poétique.

La fête à Henriette (1952) et sa géniale mise en abyme.

– Et enfin Boulevard (1960) et son Pigalle envoûtant qu’on découvre en ballade avec Jean-Pierre Léaud.

Duvivier était un réalisateur difficile à suivre, à la fois sombre et joueur, fasciné par les microcosmes et la noirceur humaine, qui refusa de se laisser cataloguer. Il en reste une oeuvre dense, diverse, diaboliquement fascinante et bien trop méconnue. Alors plongez sans hésiter dans les films du père Duvivier, vous ne saurez pas déçus. Il est de ces rares réalisateurs français qui savaient toucher quasiment à tous les coups.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *