Forest is back !

kinopoisk-ru-forrest-gump-984085-forrest-gump-gets-another-run-with-imax-release-jpeg-107690

 

Ils sautillent sur place comme des petites puces en attendant le petit bonhomme vert, prennent d’assaut les parcs de la ville, font le bonheur de Décathlon et cchu02ommencent sérieusement à te faire culpabiliser de n’avoir toujours pas couru le moindre kilomètre depuis le début de l’année.
J’ai nommé… les JOGGERS.

Cette semaine BiGNOZE se plonge au cœur de cette nouvelle folie qu’est le jogging en tentant de décrypter les différents types de runners. Et si toi, grand fidèle de BiGNOZE, tu as déjà enfilé une paire de baskets ne serait-ce qu’une fois dans ta vie, tu te reconnaitras sûrement dans l’un de ces profils.

 

——————

 

Le nouveau de la bande:

Profil : Luciole. Au choix, équipé jaune fluo intégral, rose fluo intégral ou orange fluo intégral.Capture-d’écran-2015-01-20-à-19.10.11-372x600
Dernier venu dans la discipline running, il s’est récemment fait manger tout cru par les marketeurs et n’a que deux mots à la bouche : Kalenji, runtastic.

Il recherche davantage à afficher sur la toile ses nouvelles résolutions tenues (pour combien de temps ? ;)) que le chrono en compétition.

Son rêve : Afficher en photo de profil sa pic’après le semi de Paris.
Facilement reconnaissable (outre le déguisement Kalenji) à sa respiration laborieuse, ses bras ballants et son ipod autour du bras.

 

L’acharné (drogué):

5064715_5ed41bc0-52f3-11e5-bfd0-00151780182c-1_545x460_autocropLe mec que tu croises à chaque fois que tu vas courir. Qu’il pleuve, qu’il caille, qu’il y ait 25 Décembre, qu’il y ait 1er Janvier 8h du mat’, à chaque fois que tu te motives sortir courir, tu le croises. Et ça n’a jamais loupé. Alors forcément tu poses l’hypothèse de la coïncidence, du hasard, puis tu commences à te dire qu’il doit penser pareil de toi. Finalement, tu finis par comprendre que t’es toi-même atteint et que tu fais comme lui parti des drogués aux endorphines.
Profil : Mollets saillants, respiration fluide, foulée élégante, visage souriant. Plus d’une demi-douzaine de tendinite à son actif.Fait parti du collectif se battant pour l’extension des horaires d’ouvertures des parcs de la ville en saison hivernale.

 

 

Le vieux d’la vieille:

forrestLui, il n’a pas attendu l’effet mode du running pour se mettre à courir. En 96, il était déjà là, Fila aux pieds, à arpenter les quais de Saône non encore aménagés.

Profil : T-shirts en coton trop larges, respiration aisée, baskets aux 2500 km.
Raconte à tout le monde que lui, ça ne fait pas seulement deux ans qu’il s’est mis à courir et qu’il n’y a pas besoin de se ruiner et participer au 10 km du coin pour garder la forme.

Avant l’arrivé du troisième gosse et la crise de la quarantaine de bobone, il a flirter avec le profil de « l’acharné ». Aujourd’hui il rejoint parfois « le volontaire » (il a besoin de se prouver qu’il en a encore sous la semelle) voire « l’opportuniste » (bobone…)

 

 Le volontaire:

Profil : Pochtron, teuffer, bringuob_eb1e7b_homer-runningeur. Lui se motive une à deux fois par mois pour se donner bonne conscience et se nettoyer de ses excès nocturnes. Dès qu’il court, il perd un demi litre de Kro et c’est d’ailleurs ça qui le motive à continuer sur ce rythme soutenu.
Il n’a jamais mis les pieds dans un magasin de sport parce que ses vieilles stabiles de l’époque où il jouait en club font largement l’affaire.
Respiration difficile, crachats réguliers, mine des petits jours après chaque sortie et avec la récurrente ferme intention de définitivement arrêter cette foutue clope dont il « n’a finalement pas besoin ».

 

L’européen malgré lui:

Aurait rêvé d’être ké969707_565676080143585_1103035182_nnyan.
A défaut, se donne au maximum 6 jours sur 7 pour repousser ses limites physiologiques et ses chronos.
Avec lui, pas de fioritures car moins de 2h45 au marathon de Berlin, ça ne s’improvise pas. Il ne sort pas courir pour papoter avec son pote et les séances ne durent pas moins d’1h30. Son terrain de jeu préféré : la piste d’athlétisme pour améliorer son cardio.
Facilement reconnaissable à son petit short de Kényan et au marcel de l’éthiopien.

 

L’invisible:

the-ingenuous-choice-8Ne foule que les sols mous naturels. Préfère le trail aux courses pour « moutons victimes des grandes marques » selon ses mots.
A moins de se balader en forêt ou en montagne, on ne peut pas le croiser.
Pour lui, le goudron, c’est pour les cons.
De un ça fusille les genoux, de deux je ne fais pas parti de ce nouveau moule et de trois, je n’aime pas trop les gens.
Facilement reconnaissable à sa barbe mal taillée, son bandeau et sa petite gourdînette qui pend à la hanche.

 

 L’opportuniste:

Lui part seul et revient accompagné. Ne court que lors des beaux jours, quand il est sûr que ces demoiselles sont de sortie.
Profil : Souvent seul ou accompagné d’un ami aux mêmes motivations, ce n’est pas son souffle qui guide son allure mais l’allure du groupe de joggeuse le précédent de quelques mètres.
Maitrise à la perfection les distances raisonnables à maintenir sans se faire repérer tout en se rinçant l’œil au maximum. Tout dans le style, toujours propre sur lui.
Voilà à quoi peut ressembler une de ses sorties:

——————————————————————————————————————————————

Et si tu ne te retrouves pas dans cette liste, c’est peut-être grave docteur! Tu te rapproches peut-être du cercle très très fermé des runners sans frontières (toujours qu’un seul membre véritable et durable à son actif à ce jour) présidé par Monsieur Gump!

Et là, on ne peut plus rien pour toi… T’es partie loin, t’es sans limite tu cours mais tu ne sais plus vraiment pourquoi. Pour toi la route est infinie…ce ne sera pas sans conséquences.

 

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *