Italie, Sky a dit : Andiamo

492320739_1280x720

Ciao ciao. Aujourd’hui on part de l’autre côté des Alpes pour rejoindre un nouveau pays qui voit sa fiction TV exploser : l’Italie.

Là-bas, le révolutionnaire s’appelle Sky Italia, le rejeton de la lignée de ce bon vieux Rupert Murdoch. Emmenée par une équipe de jeunes cadres brillants et intellos, la chaîne payante italienne a compris les enjeux de la fiction TV à l’heure où les droits d’exploitation du foot déclenchent les passions spéculatives. Il devient difficile de construire son avenir sur le ballon rond (Canal devrait le savoir). Du coup, Sky mise sur une ligne éditoriale forte pour accrocher les abonnés. Et cela passe par une chose : la série. Et uniquement la série.

Ils ont commencé avec Romanzo Criminale et son plongeon dans la Banda della Magliana, un groupe de gangsters des années 70 en guerre contre les flics et la mafia. Une série nostalgique avec une vraie gueule et une histoire solide.

Un premier test en deux saisons pour Sky, un message lancé à l’Europe pour dire qu’en Italie, on prendrait le bon pli des grandes séries modernes. Des séries longues, uniques, spécifiques et empathiques, écrites par d’excellents auteurs. C’est ainsi que la bouillante Gomorra a crevé l’écran de la péninsule au printemps dernier et débarque (enfin !) sur Canal en Janvier. Foncez-y, vous sentirez le vent frais des narrations modernes qui ont des gros gnocchis.

Sky ne s’arrête pas là puisqu’ils vont bientôt sortir 1992, une série sur l’ascension au pouvoir de Berlusconi et de son Forza Italia. Un thème bien italien qui peut paraître barbant mais qui se révèle tellement contemporain. D’ailleurs, le pilote promet une série exigeante, esthétique et puissante. Ils préparent aussi d’autres franchises criminelles foutrement ambitieuses prêtes à envahir le monde. Zerozerozero, un voyage dans le trafic international de la coke. Diabolik, adapté d’un comics qui se passe dans les années 60.  The Young Pope, mené par Paolo Sorrentino (La Grande Belleza) qui imagine l’histoire du premier pape italo-américain. Ça fait saliver. Et la liste ne s’arrête pas là.

Faîtes-nous confiance, après la révolution des séries danoises en Europe, ce sont les italiens qui seront sur toutes les lèvres et sur tous les écrans dans les deux prochaines années. Et vous pourrez dire que Big Noze vous avait prévenu.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *