ITW : HOAN C’EST DE LA SYNTH-POP-POUTINE!

Si Montréal fait beaucoup parler d’elle ces dernières années (désolé encore pour tout nos Erasmus/ PVtistes en folie !), la ville souterraine au pied du Mont Royal, patrie de la poutine et des gangs organisés d’écureuils nous cachait encore un petit secret.

hoanmodernphasehd

Ce précieux, c’est HOAN, groupe formé en 2015, sur les cendres encore brûlantes de KURVI TASH, au sein du Poisson Noir, lieu collectif de création en plein quartier du mile end.

Un groupe qui déboule (de neige !) comme ça du jour au lendemain avec autant de classe, de douceur, forcément on a voulu en savoir plus.

Rencontre avec Alex, chanteur et guitariste.

 

>>> HOAN x BIGNOZE

On connaît très peu de choses à propos d’Hoan. J’ai lu qu’auparavant le groupe s’appelait KURVI TASH. Pourquoi ce changement de nom ? Est-ce dû au line up ou à cause d’une nouvelle direction musicale (même si l’énergie semble similaire) ?

Nous avons décidé de changer de nom après l’album « On Firm Ground ». Le groupe a subi plusieurs changements de line up. Il y avait quelque chose de très frénétique, de très juvénile chez KURVI TASH. Nos goûts ont également changés donc ça nous a semblé logique de changer de nom et tout particulièrement parce que HOAN est un projet beaucoup plus libre.

Cet Ep, « Modern Phase », est en quelque sorte, le juste milieu entre l’esthétique des 2 formations. Nous sommes un trio dorénavant (Alex, Mike et Ouss) et le premier album d’HOAN sera beaucoup plus expérimental et électronique.

On parle beaucoup de Montréal ces derniers temps, que ce soient des groupes (GYBE!, Essaie Pas, Tops, etc.) ou des labels (Arbutus, Constellation, etc.). Il semble également y avoir des espaces de création alternatifs qui jouent un rôle important pour les groupes (comme le Lab Synthèse). Dans votre bio, vous parlez du « Poisson Noir », est-ce que vous pouvez nous en dire plus ?

Je pense que c’est une chouette tradition de s’impliquer à Montréal. Il y a des choses similaires qui se passent à Toronto ou Halifax mais rien de vraiment comparable à l’énergie d’ici.

Le « Poisson Noir » existe depuis quelques années, c’est un lieu de répétition pour beaucoup d’entre nous qui n’avaient aucun espace pour cela. Je m’y implique depuis le début, Mike et Ouss eux ne s’occupent pas de l’organisation des concerts.

L’immeuble tombe en ruine, il faut beaucoup d’énergie pour le maintenir en vie. Il y a eu beaucoup de concerts et de projections depuis sa création. Parfois des gens y vivent, mais c’est surtout un pôle de créativité pour les musiciens et les passionnés de musique.

Il y deux compilations sur bandcamp, « Don’t Fall volume 1 and 2 », que vous pouvez écouter par ici :

Il est important de soutenir la culture DIY, peu importe où, et particulièrement dans cet ère du numérique.

 

Vos influences, que ce soit le post-punk ou la new-wave sont définitivement tournées vers le passé. Pourtant en écoutant votre EP, on a le sentiment d’écouter quelque chose de très moderne, comme si au final vous vous en étiez libéré de manière simple et très subtil. Est-ce que le titre du EP, « Modern Phase » est une manière d’affirmer cela ?

C’est à peu près ça ! Nous écoutons tous de la musique « contemporaine », peut-être même plus que des vieux trucs. Certains groupes ont eu un gros impact sur notre esthétique. Mike aime beaucoup les Strokes et Animal Collective, Oussama est un grand fan de Beach House et des Kinks et je suis pas mal dans les Smiths et Mr Fingers. Il y a beaucoup d’influences qui viennent de là.

Le titre du EP vient de la chanson du même nom « Modern Phase » qui parle du fondamentalisme religieux comme réaction à la modernisation.

Je suis attiré par la sinistre idée que les utopies à travers les âges n’ont jamais réussis et pourtant, il y a encore beaucoup de combats à mener. Ce genre de combat est aussi présent dans les grands projets de la modernisation – la production incessante, la rationalisation de l’ensemble du monde matériel, la démocratisation de l’éducation. Ce sont des choses à remettre en cause et à changer, mais on ne le fait jamais.  

De nos jours, beaucoup de groupes décident de monter leur propre label ou de sortir eux mêmes leurs disques. Sans doute par envie de liberté. Est-ce un choix délibéré de votre part ? que pensez vous de l’industrie de la musique ?

hoan3L’industrie de la musique met beaucoup plus en avant, aujourd’hui, les groupes qui n’ont pas de label.

Je ne sais pas combien de groupes montent leur label mais je sais qu’il est possible de tourner correctement sans label. C’est le modèle que nous suivons actuellement.

Travailler avec un label local pourrait impliquer de se compromettre au niveau créatif et je ne suis pas prêt à accepter cela. Nous fonctionnons de cette manière-là et je suis tout à fait à l’aise avec ça. On verra ce qui se passe.

Je suis content qu’il y ait de plus en plus de petits labels qui se développent en Amérique du Nord et qui respectent l’esthétique des groupes. J’espère qu’ils obtiendront plus de visibilité et de soutien.

 

Vous venez bientôt en Europe, est-ce que vous pensez que votre musique est plus adaptée à l’Europe qu’à l’Amérique du Nord ? Est-ce qu’il y a un endroit, une ville en  particulier ici où vous aimeriez jouer ?

Je pense que notre musique devrait plaire en Europe, particulièrement parce qu’il y a plus de synthés et batterie en live. Je ne sais pas trop à quoi m’attendre mais je suis vraiment impatient.

Nos amis de Blanka y ont tourné l’année dernière et apparemment ça s’est super bien passé. J’espère que ce sera pareil pour nous.

 

Est-ce que vous pouvez nous recommander quelques groupes Montréalais ?

Sans ordre particulier : Wider Smile, Loon, Essaie Pas, Ylang Ylang, Best Fern, Phern, Blanka, Dories, Blue Odeur, Mono No Aware, Doffing, Un Blonde, Sheer Agony, Hand Cream, Slight, Magic Perm, BHC, Smokes, Hua Li, Mavo, Freelove Fenner, Brave Radar, Jeff Elise Barbara’s Black Space, Mozarts Sister, Country, Pascale Project et bien plus encore.

Est-ce que vous pouvez nous donner 3 plaisirs coupables

 

  1. CHOCOLAT // 2. Cannabis sativa // 3. COFFEE

et 3 titres que vous écouterez toute votre vie ?

Marvin Gaye – Sexual Healing

Neil Young – Cowgirl in the Sand

Radiohead – Lotus Flower  

Avec quel artiste aimeriez-vous partir en road trip ?

David Lynch ou Flying Lotus.

 

Quels sont vos prochains projets ? enregistrer votre premier album ?

Exact, nous allons commencer à enregistrer cet automne avec Andy de Wider Smile. On va ensuite tourner en Amérique du Nord au printemps prochain et on espère venir dès que possible en Europe.

Sinon, en dehors d’HOAN, avec Oussama on a un projet de sessions live filmées Today is Friday (http://www.todayisfriday.space/) qu’on veut développer. Mike est en master d’« économie durable communautaire » et sert des donuts chez Boris.

—————————————————————————————————————————

BALANCE LA SAUCE >>>>>

PLAN DU WEEK-END POUR ZAPPER TON CHIEUR DE LA SEMAINE :

HOAN / BEER / FAR / FISHING

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *