LA MESSE DES BOUC >>> PLAYLIST SPECIAL FEST BOUC!!!!

TU SAIS PAS CE QUI M’EST ARRIVÉ HIER DE TRUC DE OUF DE TRUE STORY QUE J’TE JURE QUE C’EST VRAI ? Commence pas à faire genre « t’es pas intéressé »… Attends, je t’explique …

C’est sûr, tu vas pas me croire….

01h41… Soir d’été.

Je traîne mon spleen de qualité, motivé par une 8.6 négociée rapidement chez l’Asiat le moins sympa, mais attention paradoxe, le plus cool de Lyon…

Je paye, je décapsule et le vent me pousse du côté de la place Ollier.

A quelques mètres de l’arrivée, j’entends des rires… Encore une bande de jeunes (moins de 26) qui s’éclatent en oubliant qu’un jour ils seront vieux (plus de 28). Bref, jusque là, rien de bien épicé.

834ad2f6-cb78-4af0-a79e-93af024963c6Quand soudain, oh stupeur,  je me rends compte que ce crew de l’enfer frétille de l’arrière-train, consomme de l’herbe en mode « easy mother fuck » à quatre pattes, les narines dans la pelouse et qu’en plus l’intégralité de ses membres qui le composent sont à poils.

Je me frotte la lunette pour valider l’info… Bordel, c’est des boucs !  Ou du moins des chèvres, fondamentalement j’ai jamais fais la diff.

 

Aviné et intrigué, je m’approche et tiens-toi bien, non mais sérieux accroche-toi… Ils parlent notre langue.
Des boucs qui parlent l’humain, et en plus un dialecte que je comprends, sans correctement l’écrire : le français.

Là, je panique, j’angoisse, mon souffle s’accélère, coup de pitch sur le BPM fémoral, mon coeur s’emballe. Apres quelque incantations boudisto-ritales, je reprends le gouvernail du tempo pile avant le malaise vagal. La secousse oblige Romuald, l’une des multiples personnalités qui se baladent sous mon crâne, à se réveiller. Traduction, je commence à penser buzz et dollars et rentre dans une empoignade avec un autre qui me squatte.

Romuald (Le businessman)

« Écoute Billy , faut que tu te calmes là, on a de la maille à se faire. T’imagine le nombre de vues sur Youteube… Réfléchis 2 secondes, damned ! On va peut-être enfin pouvoir « officiellement » plus rien foutre. « Des boucs qui parlent » … C’est du cash assuré, mon Billy. »

Billy (lui, c’est Le froussard)

« Romuald t’es complétement déglingo… Ils doivent bouffer des hommes, t’as vue le marron avec des tâches… il a une touche diabolique, on se casse vite, putain ! »

Ma jambe gauche esquisse un mouvement déterminé en direction de la rue Pasteur, instinctivement stoppé par la droite.

Romuald

« Boucle-la Billy et dégaine fissa l’Iphone, il est dans ta poche. »

Billy a résisté. En contrepartie, Romuald a balancé la patate.. En vain, plus de batterie.

Notre dispute, quasi conjugale, a bien sûr attiré l’attention de la bande de boucs. Regards agressifs des poilus, Billy se pisse dessus. Romuald, lui, arme la droite.

Le Bouc marron se lève, nous tourne autour, nous jauge. J’avoue à cet instant précis, presque suisse, on n’est pas bien. Et encore moins quand, dans un geste d’une classe folle il faut le reconnaitre,  il passe entre nos jambes, puis nous soulève. D’une voix joyeusement chevrotante, le quadripède s’écrie.

Bouc (chèvre?)

« En route, on va se brouter un coup ».

Et ben, vous savez quoi ? Ils sont vraiment sympas, ces boucs. On a tchatché toute la nuit, parlé de tout et de goat-with-a-blond-wig-105691rien et j’ai appris pas mal de trucs croustillants sur le monde des Boucochevre. Saviez-vous que la chèvre sur la pub Chavrou et un ancien bouc ? C’est dingue, hein??? Robert qu’elle s’appelait à la base. Que l’herbe des villes est meilleure que celle de la campagne, apparemment une question de fumet, l’équivalent de notre andouillette, que les boucs dépensent des sommes considérables chez l’esthéticienne et qu’ils aiment franchement les humains… sans trop savoir pourquoi.

Ils nous trouvent « cute ». Apparemment Daylichevre et Youbouc sont blindés de vidéo où on voit des humains faire des trucs drôles et « cutie ». C’est effrayant mais on est des sortes de chat pour eux.

Sincèrement ils nous kiffent, sauf pendant l’Aïd où ils se demandent vraiment ce qui nous pique ce jour là.

Et puis ce sont de sacrés mélomanes, pour ça c’est sûr. Le troupeau que j’ai rencontré, originaire de Lorraine, à débarqué entre Rhône et Saône pour la grande messe annuelle des Boucs… LE FEST BOUC, mon pote. Et en plus c’est ce week-end.

Ils m’ont même invité à leur grande sauterie. Apparemment tous les boucs et bouc-esses de France, de Navarre et d’ailleurs s’y réunissent pour danser et brouter ensemble.

Résultat, pour se chauffer on a écouté la prog toute la nuit. Je t’en ai fait une petite playlist. Va savoir, t’auras peut-être toi aussi envie de rouler des les prés avec nous du coté de Chassigny.


—————————————————————————————————————————

ON FAIT TOURNER LES BOUCS ET ON DEVIENT CHÈVRES…. DSL…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *