LAPECHE/VOL7

Maintenant quatre mois que nous n’avons pas touchés terre. A coté de moi le chef de quart murmure…

« Le bleu, le noir, son mouvement, les ténèbres,

De vents d’Espagne aux pluies d’équateur,

l’océan.

Les jaunes, les blacks, les blancs, les zébrés,

Des iles Fidji au Fujiyama,

l’océan.

J’imagine le vert, le rouge, ma mère

De l’atlantique à l’indien,

l’océan.

Plus loin que la nuit et … »

°°°°°°°°°°°°

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *