LE SHORT DE LA SEMAINE : EN DIRECT DE LA BERLINALE 2016

Si chez Bignoze on aime les court-métrages, on aime quand ça dépote, quand ça révolte, quand c’est fun et beau. On se méfie toujours des films politiques qui tricotent ou tripotent, qui constatent et transmettent un « message » et qui souvent manquent d’âme. Alors forcément, quand on va au festival du film de Berlin, la Berlinale, on s’attend à se manger deux, trois navets expérimentaux bienpensants et bien chiants. Mais on espère aussi dénicher quelques perles.

Nous avons pu voir l’avant-première de cinq des 25 courts-métrages en compétition. Attention, l’un d’eux a gagné l’Ours d’Or… FEEDBACK.

 

JIN ZHI XIA MAO, Chiang Wei Liang, Taïwan, 16’

Un couple de réfugiés vietnamiens à Taïwan se décident à vendre leur bébé, incapables de subvenir à ses besoins. Un sujet grave et touchant. Problème : pour comprendre l’histoire, il faut lire le pitch avant ou après la séance parce que le film ne vous le dira pas. Un film en 5 ou 6 plans. Deux dialogues, quinze cris stridents. Une belle photographie, rien à dire. Mais qu’est-ce qu’on se sent loin ! On regarde à distance et on s’emmerde. Le film a pourtant gagné le Audi Short Film Award.

 

RELUCTANTLY QUEER, Akosua Adoma Owusu, Ghana/USA, 8’

Sans doute le film qui nous a le plus plu. Un film épistolaire. Un ghanéen-américain qui écrit à sa mère pour lui dire comme il est dur d’être noir aux USA mais comment il est tout aussi (voir plus) dur d’être gay au Ghana. Coming-out filmé dans un noir et blanc un peu chip. Le film est touchant et plutôt beau. Dommage qu’il n’ait rien gagner…

 

PERSONNE, Christoph Girardet, Matthias Müller, Allemagne, 15’

201605721_1_IMG_FIX_700x700LE film ‘what the fuck’ de cette selection. Un ensemble d’extraits de films des années 60 et 70, un montage absurde, répétitif et lourd-dingue qui crie au footage de gueule. La récurrence d’acteurs ouvrant des portes derrière lesquelles ne se trouve personne renvoie au titre évidemment et à la citation de Gregory Peck qui a inspiré le film dixit les réalisateurs « The most significant thing about me is »… Oui, oui, la phrase s’arrête là, c’est justement là tout le sens de la démonstration ! CQFD. Tout est dit. Direction la poubelle pour cette péloche raccommodée !

 

 

NOTRE HERITAGE, Jonathan Vinel et Caroline Poggi, France, 24’

Cocorico ! Un film français de notre usine à génies : la Fémis ! Il raconte l’histoire d’un ado, fils de Pierre Woodsman, gros porc rendu célèbre pour ses films pornos, qui essaye d’avoir une sexualité normale avec sa copine. Réalisation à la française, attendue et fatigante, comédiens à la française, murmurant et le moins expressifs possibles, des images provoc d’anus de jeunes filles de 18 ans qui s’enchaînent, à la pelle, des gros plans qui retournent l’estomac à défaut de vous retourner le cœur. Le cinéma français dans ce qu’il a de plus irritant. Dommage, l’idée de départ était très intéressante.

(Cliquez sur l’image pour voir le trailer)

notre2

 

BALADA DE UM BATRAQUIO, Leonor Teles, Portugal, 11’

Des grenouilles, partout. Une voix-off qui raconte une histoire difficile à suivre sur des images de films de familles. Et puis le réalisateur et son preneur son qui rentrent dans des magasins, s’emparent des grenouilles en céramique qui trônent dans les vitrines et les explosent par terre avant de partir en courant. A la fin, la voix-off explique : au Portugal, les grenouilles servent à tenir à distance les Gitans. Et là tu comprends enfin… Aaaah… Condamné à reconnaître que ce racisme est épouvantable, tu n’as plus la place de dire que le film était moche et chiant. Tu applaudis en baillant. Le film a eu l’Ours d’Or du Meilleur Court-Métrage 2016. Bravo à la très jeune réalisatrice qui était aussi scotchée que nous d’avoir gagné.

 

Côté court-métrages, la Berlinale nous a donc encore une fois pris pour des cons. Comme bien des festivals qui mettent à l’honneur ce format-là. Mais sans rancunes, disons que c’est une question de goût. De truffe quoi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *