Lemmy Kill by death

Le 29 décembre sera désormais un jour de deuil pour tous les fans de rock. Ian Fraser « Lemmy » (Dieu ?) Kilmister, leader du groupe Motörhead, est mort à l’âge canonique de 70 ans. Eh oui ! Pour un mec qui tournait au whisky et au speed depuis plus de 40 ans c’est une belle perf.

tumblr_mnofak8z1K1rmrhwoo3_1280Né à Stoke-On-Trent en Angleterre, « élevé » au Pays de Galles, il part dès sa majorité tenter l’aventure rock en devenant technicien itinérant pour le groupe de Jimmy Hendrix. Sur son chemin, il intègrera différents groupes avant de rejoindre en 1971 Hawkind, un groupe de « space rock » à tendance psychédélique.

En 1975, Lemmy est arreté à la frontière canadienne en possession  d’amphétamines. Il est viré du groupe. Faut dire que les amphets et tous ses dérivés, ça fait moins cool et perché que les champis.

Fuck off, cette même année il fonde Motörhead, le groupe mythique dont il est et sera toujours le leader. Son bébé va le propulser au panthéon des plus grands artistes rock avec le bazooka « ace of spades ».

Mais Motörhead ne peut pas se résumer à ce scud. Motörhead c’est plus de 20 albums studio en 40 ans d’existence. Toujours la même recette à savoir une voix inimitable, une basse grave et amplifiée au maximum et un seul credo  : jouer vite et fort.

Au-delà de la musique, Lemmy était l’un des derniers  » vrais ». Un symbole de la rock’n’roll attitude. Un dinosaure parmis les vieux éléphants endimanchés qui trouve ça fun de souffler sur les pierres pour les faire rouler.

Sexe : il revendique plus de 1.000 conquêtes

Drogues : speed, LSD, cocaïne et autre amphet, plus qu’un cobaye : une muse.

Rock’n’roll : ai-je besoin de m’expliquer ?

C’est surement un des derniers à avoir eu le vrai esprit rock à savoir vivre vite, pour la musique, sans calculer, et en ayant que faire desp18 critiques.

Quand certains groupes levaient le pied pour profiter du succès, des filles faciles et autres, Lemmy lui il était en studio à créer du putain de rock. Et quand ces mêmes sont remontés sur scènes après des années d’absence dans le seul but de renflouer les caisses en vendant des places hors de prix, Lemmy, lui, il ne s’était pas arrêté et tournait dans le monde entier.

Quand ces même faussaires de la rock’n’roll way of life profitaient de palaces hors de prix à vivre comme des nantis sur leur notoriété parfois bien mal acquise, Lemmy, lui, il vivait dans un petit appart en location à Los Angeles sans quémander la célébrité et enregistrait son prochain album.

Et pourquoi me direz-vous ?

Parce qu’il s’en battait les couilles et surtout parce qu’il respectait le rock.

Ce soir on a le blues. On n’entendra plus jamais la fameuse phrase lancée à chaque début de concert « we are Motörhead and we play rock’n’roll. Allright ? ». Cette phrase là, ce cri de ralliement symbolise à lui seul le leitmotiv de feu Lemmy.

J’ose, pour toi, ton top 5:

Ace of spades : Parce que c’est la base


 

No class: Pour ce riff que beaucoup t’ont envié.

 

Hellraiser: Parce que même si la version d’Ozzy Osborne est plus connue les vrais savent que c’est toi qui l’as écrite.

 

Rock’n’roll: Parce que c’est toi

 

Kill by death: Parce qu’il n’ y a que la mort qui pouvait te tuer.


———————————————————————————————————————————————-

Alors il y a pas grand chose à rajouter. A part te dire Merci et t’imaginer dans ton paradis. Un endroit ou pour rejoindre une  bande de superbe bikeuse en bikini rider tu dérives au fil d’une rivière de whisky avec pour seule rame : ta basse.

A un de ces quatre Lemmy.

via GIPHY

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *