Les coulisses d’une sitcom à l’ancienne

61321_backdrop_scale_1280xauto

Depuis Mariés, Deux Enfants, tu rêves d’aller sur le tournage de tes sitcoms préférées mais tu finis toujours par les mater sur Dpstream dans le métro ? Rassure-toi, BigNoze est là. Pour toi. Et t’emmène à Los Angeles, dans les coulisses d’une sitcom comme si tu y étais.

Es-tu prêt à devenir un rire enregistré ? A te fondre dans la masse de touristes de l’Ohio ? A attendre des plombes dans un parking des Warner Brothers Studios ? A manger des pizzas en attendant une prise ? A imiter des cris de cheval pour 50 balles ? Si oui, t’es à l’endroit idéal : bienvenue au tournage d’une sitcom à l’ancienne !

Pourquoi « à l’ancienne » ? Parce qu’il y a deux types de sitcoms aux Etats-Unis : les « single camera », filmées à une seule caméra comme une série normale, dans plusieurs décors, sans public, à la 30 Rock, Community, Modern Family, The Office, plus jolies, plus modernes, plus chères et donc plus propice à l’annulation ; et les « multiple caméras », la méthode à l’ancienne, filmées sur un plateau unique, par plusieurs caméras, avec un public. C’est Friends, Seinfeld, How I met Your Mother, The Big Bang Theory, etc. C’est moins cher à produire, c’est tourné en 4h et c’est le kiff par excellence des Américains. Mike&Molly en est un étendard. Et c’est à un de ses épisodes que BigNoze t’invite aujourd’hui !

***

Il est cinq heures de l’après-midi, tu gares ton SUV loué à l’aéroport dans le parking des studios Warner Bros, à Burbank, au nord-ouest de Los Angeles. T’as un petit pincement au cœur en laissant ton mastodonte Chevrolet tout seul mais il tiendrait pas dans le public de toute façon. T’as laissé ton portable aussi, c’est interdit « inside ». Tu rejoins une centaine de personnes déjà présentes. Le point de RDV est dans le parking lui-même. Plus tu t’approches de tous ces gens, plus tu comprends que le spectacle commence. Les fans sont venus en avance et trépignent d’impatience. Certains viennent de l’autre bout des Etats-Unis. T’as l’impression d’être à DisneyLand. Finalement, après une grosse heure d’attente, les mecs de la sécurité font signe. Il est temps d’y aller. Après un passage obligé par deux contrôles de sécurité différents en mode aéroport tu aperçois le Stage 24, là où va se tourner l’épisode, dans le mythique studio où étaient tournés les épisodes de Friends et de la Fête à la Maison. Après une petite attente supplémentaire, enfin t’entres, tu longes les gradins par derrière, tu passes devant la salle de montage, et finalement tu prends place au milieu du public qui t’as devancé. Au total, deux cent spectateurs font face au plateau où des techniciens s’activent doucement, sans stresser. Deux décors principaux sont installés, le strict-nécessaire de la sitcom par excellence : un bistrot et un canapé dans un salon. Faut dire que Mike&Molly, lancé en 2010, est une sitcom US de chez US, qui raconte la vie d’un couple en surpoids qui s’aiment très fort et affrontent les problèmes du quotidien ensemble. MADE IN AMERICA.

Arrive alors dans les gradins celui qui va devenir ton compagnon de soirée, celui qui va gueuler dans un micro, faire le con et t’envahir l’esprit pour pas que tu t’ennuies. On l’appelle le « Warm Up » guy ou le showman, ça marche aussi. C’est un présentateur qui divertit le public entre les prises. Un lourd de dingue de première qui va organiser des jeux, faire parler le public, le faire danser, le défier pour des billets. Si, si, je te jure. Si tu danses avec ton voisin de l’Ohio, c’est 5 balles, si tu chantes c’est 20, si tu fais la vache c’est 50 et ça montera comme ça tout au long de la soirée jusqu’à un billet de 500 dollars ! Et je peux te dire que le public là-bas est prêt à vendre son âme pour gratter le billet vert ! Si tu voyais ça de tes propres yeux, tu ouvrirais bien grand la bouche et les yeux comme une Californienne pour lâcher un :

C’est au tour de l’armée de scénaristes de faire son entrée. Ils sont une quinzaine et viennent s’asseoir à gauche des gradins, derrière des moniteurs, en ordre hiérarchique, les showrunners devant, dont le big boss Chuck Lorree, également créateur et showrunner de The Big Bang Theory et de Mon Oncle Charlie (qui tournent également un épisode par semaine !). Il y a aussi le réalisateur, un peu à part, un peu bizarre, et finalement les comédiens stars de la série qui entrent sous les applaudissements du public déjà chauffé par le showman. L’acteur principal, Billy Gardell, vient embrasser sa copine dans le public. L’actrice vedette, Melissa McCarthy, se fait retoucher le maquillage. Les techniciens finissent les derniers réglages. La directrice de production vient dire au showman de la fermer : les vrais artistes sont prêts.

La première prise commence. Une scène d’introduction au salon, classique, efficace, le public se marre, le réalisateur lance un « Cut ! ». Toute le monde applaudit. En fonction de la réaction du public, on refait la scène ou pas, on change une vanne ou deux. Les scénaristes se concertent, les juniors soufflent une vanne aux seniors qui remontent la vanne au showrunner qui tranche. Si ça lui plaît, il envoie une scénariste de confiance annoncer aux comédiens la nouvelle vanne. Les comédiens l’apprennent en trente secondes et la ressortent tel quel sans sourciller. Les prises s’enchaînent comme ça. Entrecoupées par le showman et ses jeux débiles qui commencent à faire rire le public davantage que les scènes elles-mêmes. A un moment, un acteur a du mal avec une réplique. C’est la cinquième prise qu’il fait foirer. Un malaise s’installe. L’acteur principal lance alors une vanne qui fait marrer tout le monde. On change le texte en glissant cette vanne et ça passe comme une lettre à la poste.

Au bout d’une heure et demie, on annonce la pause pizza. Arrivent alors des types de partout avec des margheritas, il y a pas le choix. T’as le droit à une part et à une petite serviette. Le public sourit, aux anges. C’est qu’on commençait à avoir la dalle à force de se fendre les côtes. Même le showman nous laisse tranquille et on peut discuter avec ses voisins ou même avec les techniciens qui traînent ici et là, très ouverts, détendus. On sent que cette série est bon enfant, que c’est plutôt cool en coulisse. Pas comme l’était Friends par exemple qui pouvait durer 7 à 8 heures de tournage. Ils faisaient même venir deux publics différents ! Faut dire que c’était pas la même exigence. Sur Mike&Molly, on semble faire confiance aux rires du public et quand on voit la gueule du public, on a quand même quelques craintes. Et souvent on rit quand le public de l’Ohio ne rit pas, et vice versa. Ce qui peut se révéler embarrassant. « Awkward ». Le réalisateur, s’agite entre les prises mais on sent bien qu’il ne sert pas à grand chose tant la machine est bien huilée. On apprendra plus tard en coulisses que c’était un pote de l’actrice principale que personne ne voulait. Hollywood, mon pote !

Après la fin de la pause, on réattaque avec une scène qui a été shootée dans un autre studio et qu’on montre aux spectateurs pour qu’ils aient l’ensemble de l’épisode. On tourne également une scène de voiture sur un fond vert. Situation cocasse évidemment où les comédiens assis sur des chaises doivent s’imaginer en voiture. Tout le monde se marre. L’ambiance est chaleureuse. Les prises continuent. C’est du théâtre. Alors que le showman balance maintenant des bonbons aux spectateurs qui ouvrent la bouche en gueulant « Open the mouth for a candy! » et que les techniciens inactifs sourient en regardant la scène d’en bas, la directrice de production vient lui dire de la fermer pour de bon. C’est la dernière prise, la chute de l’histoire, le gros câlin des deux protagonistes et le bisou qui va avec. APPLAUSE. Tout le monde s’applaudit, les comédiens viennent saluer à l’américaine, l’équipe technique aussi. Les scénaristes, surtout les plus jeunes, agitent quelques mains vers le public et tout ce petit monde quitte bientôt le stage 24. Ils ont une semaine pour préparer le prochain épisode. Quant à celui-ci, il sera diffusé trois semaines plus tard.

Bignoze rejoint son SUV au parking, en ayant passé une soirée assez incroyable. Il nous faudra quelques temps pour savoir si on a aimé ou pas. Si on admire ces ricains ou s’ils nous font un peu flipper. En tout cas, ils nous font bien marrer, et ce ne sont pas les amateurs de sitcom qui nous diront le contraire !

Si ça t’as saucé et que tu veux assister au tournage d’un épisode de sitcom, sache que c’est ouvert au public mais qu’il y a du monde sur liste d’attente. Tu pourras toujours demander à ton ami BigNoze s’il peut faire quelque chose pour toi ou sinon t’inscrire bien à l’avance !

En attendant, si tu connais pas Mike&Molly, this is for you!

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *