MACHUPICCHU/VOL3

La crinière emmêlée,  je chevauche sous la lune. La pampa brûlée défile dans le clair-obscur et le son pulse dans mes veines comme claque le vent dans mes oreilles.  

Une flèche dans le désert, m’invite à Bueno Aires. Je me laisse emporter et file comme une étoile. 
 
J’arriverai, royal, suivi par le soleil,  quand la cité dorée se réveille. Et j‘irai boire mon maté glacé, le regard satisfait, face au rio de la Plata.
—–

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *