MEMPHIS : Liquor, Codéine, Hip-Hop. Depuis les 90’S et pour toujours.

 Memphis:  De sombres marquis, épais brouillard et spiritueux.
Premier conseil pour lire ces lignes ambiance toi avec lui, DJ SCREW –>>

Attrape nos mains de châtelains désœuvrés…On t’emmène  sur une parcelle spatio-temporelle où les billets Séouds ne volent pas, là où tes chèques vacances n’auront jamais cour.

Memphis en mai de l’an 1993 après Jésus-Christ, la violence magnétique du Tennessee rappelle l’Age du Fer, la zone franche féodale où la spiritualité part dans une direction pas très nette, toute la rapacité véloce des Hauts de Seine reunie dans des corps de renois-tiroir-caisse horrifiques, des reflets ornent les dentitions, canons à métaux et objets pointus au menu, bien évidement.

Tommy-Wright-III-On-The-Run

Manisfestement la vie de Tommy n’était pas facile

T.p gravage de noms sur les balles, ca prie aussi en direction de Satan pour pouvoir vendre plus de crack.  Anticipe, pense à tes tétards, procure toi un pare balle, on te recommande aussi une cure de magnesium,  t’aperçois des contours de corps à la craie au sol en rentrant du gymnasium.
Ca leve le voile sur les hashichins pourvus de tous les moyens techniques modernes destinés à l’assassinat. Y’a moyen de se faire méringuer pour trois fois rien. Voire gratuitement mon lémurien.
Et ca se ressent dans les soliloques. La force de pénétration verbale perfore ta cloison nasale, grace à l’art affuté du souffle. On palabre ce qu’il faut pour inoculer le juste dosage de sismicité dans ta gélatine, sans bouger on te force à agir, le reste relève du mystère qu’on garde tel quel, comme au musée, regarder, pas toucher. La Libido a ses mystères n’est ce pas?  Ne me dis pas pourquoi tu apprécies tant les jupes à pois.

f187248f4aff4188c1bf8dd8522d7604

CASQUETTE = DJ SPANISH FLY

 

La nébuleuse memphisienne s’est concrétement constituée en 93′, Dj spanish fly et Eight Ball&Mjg opèrent la transition entre le hip hop funké et le rap typé gangsta shit à identité encore floue venue de l’hémisphère ouest, ils sont suivis par ceux qui constitueront le ciment de la dégueulasserie pour laquelle on apprécie cette sauce horrorifique qui ne sent plus son propre visage:

 

Les mixtapes de la Triple Six Mafia  traumatisent à intervalles réguliers // Kingpin Skinny Pimp constitue sa congrégation, la Gimisum Family // Dj Squeeky fédère les Mo Cheda Mobstaz // Dj Zirk  et son label 2thick commencent à sucer ton sang de bichon dans la bruine à même ton cou grâce à la tape encore jamais égalée de Mr Tinimaine19tini5. // Tommy Wright ainsi que son lissage  fondent Street Smart records. // Dj  Sound et la Frayser Click inonde le marché local de k7 maudites, le mal est fait, fils.  // Playa Fly propulsé par la triple six mafia te crache ses vapeurs das ton museau depuis les ténèbres de la tourmente comme la duchesse de Lindon, plus personne ne pardonne,  tout le monde tire la couverture en meme temps, et chacun cherche a tirer sa seringue du bras d’autrui car structurellement tout demeure encore fragmenté, mais ce tout s’articule déjà autour du nucléon triple six mafia, dans l’espoir cocainé d’exploser nationalement.

 —

La liste n’est pas exhaustive.

pyramid-legowelt-5.23.2012

MEMPHIS ET SA PYRAMIDE. L’EGYPTE C’EST HAS BEEN

On se situe en 95′ ca part dans de multiples directions, mais seulement pour la 3-6 (Dj Paul & Juicy J), qui dilapide les disques compactés par millions,  seuls au sommet, ils cisailleront le cordon ombi/locale à partir de 98′ .

En l’an de grace 2003 ils sont les premiers à s’exporter tout en restant  fidèles à la ligne directrice première: foudroiement par la drogue/claques sur fesses gélatineuses à l’aide de liasses de dollars non-respectables/mort rapide sur le parking voire sur le porche de ta maison/karsherisation de ton iris à base de liqueur seminale claustrophobe/ jeunesse éclatante déjà au bout du rouleau/ trajectoires paraboliquement dramatiques.

A leur échelle ils sont les seuls à résonner comme une explosion galactique dans le kleub grace à la réussite du virage crunk plus éléctronique et moins mortuaire, des hymnes aux stupres sont chantés en coeur et portent la spiritualité à un autre niveau, pourtant toujours aussi près du gouffre, ca chantonne près de l’abime, et cela jusqu’au dégout absolu. La barre de santé clignote mais à ce stade on ne remarque plus trop les signaux d’alarme, le moment venu les langues accueilleront les larmes d’Allah.

L’abime se situe entre 2000 et 2010, grosse felure dans l’émail musical, tout est cadenassé comme quand tu décides de rentrer chez toi après avoir avalé ce breuvage au GHB, malgré ta volonté, tu te réveilleras ligoté, au mieux.  Musicalement on est dans le creux de la vague, on reconnait les légendes locales même si on les sait sans le sou, ça regarde les lèvres écumantes la Three Six Mafia seule sur le

damafia6ix-cover

Même les graphistes étaient vénéres

trône le glaive ensanglanté…Il faudra attendre la création de  « Da Mafia Six » initiée par Dj Paul revenant les poches lourdes, qui reprendra tous les anciens membres de la 3.6 (Koopsta Knicca, Lord Infamous, Gangsta Boo) éjectés début 2000 pour diverses raisons, et redonnera un peu d’unité à la scène Memphisienne si longtemps éclatée. Paix à Lord Infamous et Koopsta Knicca.


Memphis ronfle fort depuis le fond du lagon, mais mis à part la 3.6 Mafia qui allume comme un belge, le reste sent trop le calgon pour faire reculer le plafond, certains donc réalisent que les villes d’à coté possèdent des fragrance musicales et des styles de vie toxiques à identités propres, la nonchalance en commun, ça ne connecte pas mais ça s’inspire, ça respire les effluves d’Atlanta et d’Houston. Les moyens sont misérables, rap-voleur oblige, les fins, elles, sont fastueuses car les poèmes sont composés d’actes brisant la Loi, seulement, à Houston (Texas) le meurtre est largement moins mis en avant qu’a Memphis, même si les joueurs partent tout autant les pieds devant. La codéine tient le fil directeur, tout est plus rond et plus détendu, beaucoup de sang dans la tête, plus personne ne sent ses orteils depuis ce style somnambule, tu vas te réveiller dans le parc sans tes chaussures…
La légende locale Dj Screw (Rip)et le S.U.C crew harponnent depuis 1994 avec la mouvance RALENTIE AU SENS PROPRE mais les balles locales et les coupes codeinés font un malheur, déciment l’équipe, la sauce semble autant vomie que peinte.

Dj Screw et le Soldiers United for Cash crew (dont Lil Kéké vient juste de recevoir une invitation de la part d’Obamane à la maison des milfs blanches pour recevoir la légion d’honneur):

Pour les soldiers quand c’est la rouille on freestyle dans la caisse.

D’un autre bras, Pimpc et Bun-b d’Ugk (Port Arthur Texas):

Cette étrange zone magnétique à enfanté des bébés-sirop, comme sur Atlanta, des rappeurs millionaires qui ne sortiront jamais de leur ghetto envoutant et donc à un certain degré de perfection perforant. Des Kids tel que GUCCI MANE, OJ L’homme jus ou encore ANTOW X et LIL UGLY MANE.

Si malgré les liens tu arrives encore à lire, ça sent le litige…alors bois nos vertiges; ou rajoute du vert dans la tige.

Au lieu de m’écouter dirige toi vers ton épicier le plus proche, offre toi de la liqueur, allume ton barreau de chaise, clique et mets toi à l’aise, différentes saveurs différentes gradations:

PLAYLIST 100% memphissé, d’hier à demain…

BONUS… une playlist dessert 🙂

E.C pour (BNZ)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *